Un rêve devenu réalité

Hans Imhoff (1922-2007), devenu fabricant de chocolat par passion, avait un vieux rêve : celui d’un musée avec une fontaine depuis laquelle coulerait un flot ininterrompu de chocolat.

En 1972, Hans Imhoff reprend l’usine Stollwerck, située dans la partie sud de Cologne. Au moment de vider les bâtiments, il y découvre des containers remplis de machines hors service, d’emballages et de vieux documents prêts à être jetés. Il comprend tout de suite qu’il vient de tomber sur un trésor. Il fait étudier, remettre en état et restaurer ces objets : la première pierre du musée est posée.

Mais de nombreuses années s’écoulent encore avant l’ouverture du musée. Hans Imhoff met ce temps à profit pour se plonger dans l’histoire culturelle et industrielle du chocolat. Pendant cette période, il constitue et développe sa collection.

En 1992, lorsque son épouse, Gerburg Klara Imhoff, trouve en l’ancien bureau de douane, sur la presqu’île de Rheinauhafen, l’endroit parfait pour le musée du chocolat, la construction du nouveau monument emblématique de Cologne commence.

Le musée du chocolat ouvre ses portes le 31 octobre 1993, après seulement 13 mois de travaux. Il remporte un succès inattendu dans l’histoire des musées allemands : avec près de 600 000 visiteurs par an, il fait partie des institutions culturelles les plus visitées de Cologne.

Quand la modernité rencontre l’histoire

Dans un souci de conservation du patrimoine, il est clair depuis le début du projet qu’il faudra pouvoir distinguer clairement le nouveau complexe de l’ancien. Le choix se porte donc sur un bâtiment transparent en aluminium et en verre qui encadre l’ancienne douane. En plus des salles d’exposition, une fabrique de chocolat entièrement vitrée doit être conçue. Elle est construite à la pointe de la presqu’île de Rheinauhafen, afin d’évoquer l’image d’un pont de bateau.

Avec une surface totale de plus de 1 300 mètres carrés répartis sur deux étages, le complexe dote le musée d’un pont-promenade auquel les visiteurs accèdent par deux escaliers extérieurs, qui soulignent l’aspect de « premier bateau du Rheinauhafen » voulu pour le musée. La visite à travers les neufs espaces d’exposition, répartis sur trois étages et 4 000 mètres carrés, est un voyage à travers l’histoire du chocolat. Elle débute avec les civilisations précolombiennes, telles que les Mayas et les Aztèques, se poursuit avec l’époque baroque, puis l’industrialisation, et s’achève par l’affinage individuel du chocolat fin de nos jours.

Sur plus de 4 000 mètres carrés, on trouve une représentation particulièrement complète de l’histoire et de l’actualité du cacao et du chocolat à travers le monde.

L’exposition du musée présente à la fois la diversité des 5 000 ans d’histoire du cacao et les techniques de fabrication modernes du chocolat, de la fève au produit fini.

Une grande serre, des informations scientifiques sur le cacao, des objets de l’ère précolombienne, une importante collection de vaisselle en porcelaine et en argent issue de l’ère baroque, ainsi que de nombreuses machines de l’époque de l’industrialisation attendent les visiteurs.

Ils pourront également découvrir les secrets de la fabrication industrielle et artisanale des produits à base de chocolat dans la fabrique de chocolat et dans l’atelier.

Depuis l’ouverture du musée, plus de 12 millions de personnes venues du monde entier sont parties sur les traces du secret du chocolat.

La fabrique de chocolat

La partie consacrée à la production, qui se trouve à la « proue » du musée en forme de navire et qui accueille la fontaine de chocolat, montre comment le chocolat est fabriqué aujourd’hui.

Tous les chemins de l’exposition mènent à la fontaine de chocolat, un somptueux ouvrage réalisé spécialement pour le musée et contenant 200 kilos de chocolat fondu. Quatre jets en acier remplissent en continu la vasque de chocolat Lindt.

En plus de la fontaine, la fabrique de chocolat comprend une unité de production complète destinée au traitement de la fève de cacao, allant de la torréfaction, du décorticage et du broyage au malaxage et au conchage de la pâte de chocolat.

Le dispositif de moulage, la fabrication de truffes et la production de figurines en chocolat laissent deviner quelles friandises chocolatées peuvent être réalisées dans le musée. Près de 400 kg de chocolat sont produits chaque jour au cœur de cette « usine miniature ».

© 2017 Schokoladenmuseum Köln